Les 4 mafias les plus dangereuses d’Italie – Crime organisé italien

Depuis leur apparition dans les années 1800, les groupes du crime organisé italien, connus sous le nom de mafia italienne, ont infiltré le tissu social et économique de l’Italie et sont devenus transnationaux par nature. En Italie, il existe quatre groupes actifs : Cosa Nostra (Mafia sicilienne), Camorra, ‘Ndrangheta, et Sacra Corona Unita. Ils sont également connus pour collaborer avec d’autres groupes internationaux du crime organisé du monde entier pour mener à bien leurs activités criminelles.

Aux États-Unis, La Cosa Nostra est issue de Cosa Nostra, et plusieurs groupes mafieux opèrent aux États-Unis sous le nom de La Cosa Nostra. Le FBI estime que le groupe compte plus de 3 000 membres et associés dispersés principalement dans les grandes villes du Nord-Est, du Midwest, de la Californie et du Sud. Leur présence la plus importante se situe autour de New York, du sud du New Jersey et de Philadelphie. Les principales menaces que ces groupes font peser sur la société américaine sont le trafic de drogue – l’héroïne, en particulier – et le blanchiment d’argent. Ils sont également impliqués dans les jeux illégaux, la corruption politique, l’extorsion, les enlèvements, la fraude, la contrefaçon, les meurtres, les attentats à la bombe, le trafic d’armes et l’infiltration d’entreprises légitimes.

Une longue histoire de mafieux

Ces entreprises ont évolué au cours de 3 000 ans, pendant les nombreuses périodes d’invasion et d’exploitation par les nombreuses armées conquérantes d’Italie. Au fil des millénaires, les Siciliens sont devenus plus claniques et ont commencé à compter sur les liens familiaux pour assurer leur sécurité, leur protection, leur justice et leur survie. Une société secrète clandestine s’est formée à l’origine pour résister aux envahisseurs et pour exercer une justice d’autodéfense contre l’oppression.

En Sicile, le mot Mafia tend à signifier « viril ». Un membre était connu comme un « homme d’honneur », respecté et admiré parce qu’il protégeait sa famille et ses amis et gardait le silence jusqu’à la mort. Les Siciliens ne se souciaient pas de savoir si le groupe tirait profit de ses actions, car celles-ci se faisaient au détriment des autorités oppressives. Ces sociétés secrètes ont fini par donner naissance à la mafia sicilienne, qui est passée d’un groupe d’hommes siciliens honorables à un groupe criminel organisé dans les années 1920.

La Cosa Nostra

La Cosa Nostra, issue de la mafia sicilienne, est l’une des principales menaces du crime organisé pour la société américaine. Traduit en Français, cela signifie « cette chose qui nous appartient ». Il s’agit d’une alliance nationale de criminels – liés par les liens du sang ou par une conspiration – qui se consacre à la poursuite du crime et à la protection de ses membres. On l’appelle aussi la Mafia, un terme utilisé pour décrire d’autres groupes du crime organisé.

Le LCN, tel qu’il est connu par le FBI, se compose de différentes « familles » ou groupes généralement disposés géographiquement et engagés dans des activités de racket importantes et organisées. Il est impliqué dans un large éventail d’activités illégales : meurtre, extorsion, trafic de drogue, corruption de fonctionnaires, jeux d’argent, infiltration d’entreprises légitimes, racket du travail, prêts usuraires, prostitution, pornographie, fraudes fiscales et manipulations boursières.

Le LCN est surtout actif dans la région métropolitaine de New York, dans certaines parties du New Jersey, à Philadelphie, à Detroit, à Chicago et en Nouvelle-Angleterre. Les principales familles du LCN comprennent les cinq familles basées à New York – Bonanno, Colombo, Gambino, Genovese et Luchese -, la famille DeCavalcante basée à Newark, le LCN de la Nouvelle-Angleterre, le LCN de Philadelphie et l’Outfit de Chicago. Ils ont des membres dans d’autres grandes villes et sont impliqués dans des crimes internationaux. Bien que le LCN ait ses racines dans le crime organisé italien, il est une organisation distincte depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, il coopère dans diverses activités criminelles avec différents groupes criminels dont le siège est en Italie.

Le LCN et le racket du travail

Le racket dans le domaine du travail est la domination, la manipulation et le contrôle d’un mouvement syndical afin d’affecter les entreprises et les industries connexes. Les enquêtes menées par le FBI au fil des ans ont clairement démontré que le racket dans le domaine du travail coûte chaque année des millions de dollars au public américain en raison de l’augmentation du coût de la main-d’œuvre qui est finalement répercutée sur les consommateurs. Ce crime est devenu l’une des sources fondamentales de profit, de pouvoir national et d’influence du LCN. Outre le LCN, le FBI a constaté une augmentation des activités de racket du travail par d’autres groupes du COT.

Les syndicats constituent une source riche à exploiter pour les groupes criminels organisés : leurs fonds de pension, de bien-être et de santé. Il existe environ 75 000 sections syndicales aux États-Unis, et beaucoup d’entre elles gèrent leurs propres fonds de pension. Les racketteurs du travail tentent de contrôler les régimes de santé, d’aide sociale et de retraite en offrant aux entreprises des contrats avantageux, des relations de travail pacifiques et des règles de travail assouplies, ou en truquant les élections syndicales. Les violations du droit du travail se produisent principalement dans les grandes villes dotées d’une base industrielle solide et de syndicats puissants, comme New York, Buffalo, Chicago, Cleveland, Detroit et Philadelphie. Ces villes ont également une forte présence de figures du crime organisé.

Le FBI travaille en étroite collaboration avec le bureau de l’inspecteur général du ministère du Travail et avec les bureaux des procureurs américains pour enquêter sur les violations du droit du travail. Le FBI dispose également de plusieurs techniques d’enquête pour déceler les violations du droit du travail, notamment la surveillance électronique, les opérations d’infiltration, les sources confidentielles et les entretiens avec les victimes. En outre, le FBI dispose de nombreuses lois pénales et civiles, principalement de la loi RICO.

Les dispositions civiles de la loi RICO, en particulier les décrets d’accord, se sont avérées être des armes très puissantes contre le racket des travailleurs. Elles sont souvent plus productives car elles s’attaquent à l’ensemble de l’entité corrompue au lieu d’emprisonner des individus, qui peuvent facilement être remplacés par d’autres membres ou associés du crime organisé. Les jugements d’expédient sont plus efficaces lorsqu’il y a une corruption systémique à long terme à pratiquement tous les niveaux d’un syndicat par des organisations criminelles. Une plainte civile RICO et le décret d’accord qui s’ensuit peuvent restaurer la démocratie dans un syndicat corrompu en imposant des remèdes civils conçus pour éliminer cette corruption et empêcher sa réapparition.

Cosa Nostra (Mafia sicilienne)

Depuis le début des années 1900, Cosa Nostra est devenue une organisation criminelle internationale. Certains experts estiment qu’il s’agit de la deuxième plus grande organisation en Italie. Basé en Sicile, ce groupe se spécialise dans le trafic d’héroïne, la corruption politique et le trafic d’armes militaires. Il est également connu pour ses activités d’incendie criminel, de fraude, de contrefaçon et autres crimes de racket.

La mafia sicilienne est tristement célèbre pour ses agressions contre les agents de la force publique italienne. En Sicile, le terme « excellent cadavre » est utilisé pour distinguer l’assassinat d’éminents représentants du gouvernement des criminels de droit commun et des citoyens ordinaires tués par la Mafia. Les victimes de haut rang comprennent des commissaires de police, des maires, des juges, des colonels et des généraux de police, ainsi que des membres du Parlement.

La ‘Ndrangheta (mafia calabraise)

Le mot « ‘Ndrangheta » vient du grec et signifie courage ou loyauté. La ‘Ndrangheta s’est formée dans les années 1860 lorsqu’un groupe de Siciliens a été banni de l’île par le gouvernement italien. Ils se sont installés en Calabre et ont formé de petits groupes criminels.

La ‘Ndrangheta compte de nombreuses cellules, qui sont des groupes familiaux vaguement reliés entre eux par des liens de sang et des mariages. Ils se spécialisent dans les enlèvements et la corruption politique, mais se livrent également au trafic de drogue, aux meurtres, aux attentats à la bombe, à la contrefaçon, aux jeux d’argent, aux fraudes, aux vols, au racket du travail, aux prêts usuraires et au trafic d’étrangers.

Camorra (mafia napolitaine)

La Camorra est apparue au milieu des années 1800 à Naples, en Italie, comme un gang de prisonniers – le mot « Camorra » signifie gang. Une fois libérés, les membres ont formé des clans dans les villes et ont fini par devenir le plus grand des groupes du crime organisé italien.

La Camorra a fait fortune dans la reconstruction après le tremblement de terre qui a ravagé la région de Campanie en 1980. Aujourd’hui, elle se spécialise dans la contrebande de cigarettes et reçoit des pots-de-vin d’autres groupes criminels pour tout trafic de cigarettes en Italie. La Camorra est également impliquée dans le blanchiment d’argent, l’extorsion, le trafic d’étrangers, le vol, le chantage, les enlèvements, la corruption politique et la contrefaçon.

Sacra Corona Unita

Les forces de l’ordre ont pris connaissance de l’existence de la Sacra Corona Unita – traduite par  » Couronne sacrée unie  » – à la fin des années 1980. Comme d’autres groupes, il s’agissait au départ d’un gang de prison. Lorsque ses membres ont été libérés, ils se sont installés dans la région des Pouilles en Italie et ont continué à se développer et à nouer des liens avec d’autres groupes mafieux.

La Sacra Corona Unita est spécialisée dans la contrebande de cigarettes, de drogues, d’armes et de personnes. Elle est également impliquée dans le blanchiment d’argent, l’extorsion et la corruption politique. L’organisation perçoit des pots-de-vin d’autres groupes criminels pour obtenir des droits de débarquement sur la côte sud-est de l’Italie, une porte naturelle pour la contrebande en provenance et à destination de pays post-communistes comme la Croatie, l’Albanie et l’ex-Yougoslavie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × cinq =