Nos derniers articles mafieux

La mafia Européenne

La mafia Asiatique

La mafia Américaine (Nord&Sud)

Divers articles mafieux

Les origines de la mafia

La mafia, un réseau de groupes criminels organisés basés en Italie et en Amérique, a évolué au fil des siècles en Sicile, une île gouvernée jusqu’au milieu du XIXe siècle par une longue lignée d’envahisseurs étrangers. Les Siciliens se sont regroupés en groupes pour se protéger et rendre leur propre justice. En Sicile, le terme « mafioso », ou membre de la mafia, n’avait initialement aucune connotation criminelle et était utilisé pour désigner une personne qui se méfiait du pouvoir central. Au 19e siècle, certains de ces groupes sont devenus des armées privées, ou « mafie », qui extorquaient de l’argent aux propriétaires terriens pour les protéger, avant de devenir l’organisation criminelle violente connue aujourd’hui sous le nom de mafia sicilienne. La mafia américaine, qui est montée en puissance dans les années 1920, est une entité distincte de la mafia italienne, bien qu’elles partagent des traditions comme l’omerta, un code de conduite et de loyauté.

Bien que ses origines précises soient inconnues, le terme « mafia » provient d’une expression argotique sicilo-arabe qui signifie « agir comme un protecteur contre l’arrogance des puissants », selon Selwyn Raab, auteur de « Five Families : The Rise, Decline, and Resurgence of America’s Most Powerful Mafia Empires ». Raab note que jusqu’au XIXe siècle, le mot « mafioso » ne désignait pas un criminel, mais plutôt une personne qui se méfiait du pouvoir central. Dans les années 1860, une pièce de théâtre intitulée « I Mafiusi della Vicaria » (« Les héros du pénitencier »), sur un groupe de détenus d’une prison sicilienne qui maintenaient leur propre hiérarchie et leurs propres rituels, a fait le tour de l’Italie et a contribué à populariser le terme « mafia » dans la langue italienne.

La mafia au XXe siècle et au-delà

L’influence de la mafia en Sicile s’est accrue jusque dans les années 1920, lorsque le Premier ministre Benito Mussolini est arrivé au pouvoir et a lancé une répression brutale contre les mafieux, qu’il considérait comme une menace pour son régime fasciste. Toutefois, dans les années 1950, la mafia a repris du poil de la bête lorsque des entreprises de construction soutenues par la mafia ont dominé le boom de la construction en Sicile après la Seconde Guerre mondiale. Au cours des décennies suivantes, la mafia sicilienne a prospéré, étendant son empire criminel et devenant, dans les années 1970, un acteur majeur du trafic international de stupéfiants.

La Mafia américaine, une entité distincte de la Mafia sicilienne, est devenue puissante à l’époque de la Prohibition dans les années 1920, après le succès des gangs de quartier italo-américains dans le commerce florissant de l’alcool de contrebande. Dans les années 1950, la Mafia (également connue sous le nom de Cosa Nostra, « Notre Chose » en italien) était devenue le principal réseau de crime organisé aux États-Unis et était impliquée dans toute une série d’activités de la pègre, du prêt usuraire à la prostitution, tout en infiltrant les syndicats et les industries légitimes comme la construction et l’industrie du vêtement à New York. Comme la mafia sicilienne, les familles mafieuses américaines ont pu maintenir leur secret et leur succès grâce à leur code de l’omerta, ainsi qu’à leur capacité à corrompre et à intimider les fonctionnaires, les chefs d’entreprise, les témoins et les jurés.

Pour ces raisons, les organismes d’application de la loi ont été largement inefficaces pour arrêter la mafia pendant la première partie du XXe siècle. Toutefois, dans les années 1980 et 1990, les procureurs américains et italiens ont commencé à appliquer avec succès des lois sévères contre le racket pour faire condamner des mafieux de haut rang. En outre, certains mafiosi, afin d’éviter de longues peines de prison, ont commencé à briser le code autrefois sacré de l’omerta et à témoigner contre d’autres membres de la mafia. Au début du XXIe siècle, après des centaines d’arrestations très médiatisées au cours de plusieurs décennies, la mafia semblait affaiblie dans les deux pays ; toutefois, elle n’a pas été complètement éliminée et reste en activité aujourd’hui.